Europe - Liberté

" Libre Ensemble "
 

Faire une recherche :  

21/12/10L'esperanto ?

L'esperanto

Cette langue inventée il y a 121 ans par un jeune de 17 ans est artificielle (Il serait plus juste de la dire composée, construite). Ce n'est pas une langue maternelle et c'est ce qu'il nous faut. Elle n'est pas sortie de son cerveau par jeu intellectuel: son cœur n'en pouvait plus des haines entre les quatre communautés politico-ethno-religieuses de sa ville natale.

En choisissant ses racines avec discernement parmi celles de langues indo-européennes, Leyser Ludwik Zamenhof n’a pas atteint la perfection mais c'était tout de même excellent. Autre souci: six lettres avec accent ne correspondent pas à une frappe simple sur clavier (il existe des solutions à cet inconvénient). Cependant, dès le début, sa logique fut universelle et c'est un point extrêmement important.

Comme ce n’est pas une langue maternelle, elle met tous les groupes humains à égalité devant elle. Ce que l’anglais restera toujours incapable de réaliser, favorisant inévitablement les native English speakers.

L¹espéranto est fréquentable sans grands dangers. Cette langue n'est pas liée à un empire: ethnique ou financier (comme l’anglais), idéologique (le russe naguère) ou religieux (latin autrefois ou arabe).

Elle est déjà devenue durable. Malgré bêtises (SDN 1922, ONU années 1960), mépris, ridiculisations, agressions et même martyres (sous Hitler, Staline...), elle est actuellement vingtième langue mondiale en nombre de pages publiées sur wikipédia.

 

Les langues régionales, les petites langues nationales et leurs cultures ont besoin d'alliances pour survivre. Sans ces actions, une à une, elles sont irrémédiablement colonisées, muséifiées, puis s’éteignent.

En organisant des coopérations, en bonne et due forme et sur un pied d'égalité avec l¹espéranto, les nombreuses petites et moyennes langues du monde peuvent former une majorité opérationnelle. Ainsi continuer de compter, assurer leur vie régionale sans fermeture nationaliste mais par ouverture au planétaire et garantir une biodiversité linguistique aussi nécessaire à la Terre en cultures qu¹en agriculture!

 

L’esperanto est une langue de service. Mais quel service!

- Via la logique et ses outils, elle bénéficie de capacités de traduction remarquables (Des entreprises du marché de la traduction s’en servent comme langue-pont; sans le crier sur les toits pour ne pas scier leur branche économique).

 

- L’esperanto est à la fois bien structurée et ouverte à l’initiative; juste et libérant dès que des bonnes volontés l¹utilisent.

 

- Elle présente de gros avantages pour l¹apprenant enfant ou adulte (mémorisation facilitée, formation à la logique, orthographe et lecture simples, grammaire régulière, créativité encouragée).

 

Ce n’est pas une langue maternelle (elles sont souvent trop maternantes)... c’est une langue paternelle! Paternel ce n'est pas mieux que maternel, mais les deux ensemble: voilà le couple fécond!

Michel Portal, membre de Europe - Liberté


 


 

 
7/11/10Nos démocraties modernes sont-elles des démocraties réelles ?

Nos pays développés sont pour la plupart considéré comme des démocraties modernes dont chacun doit prendre exemple, mais peut-on vraiment ce satisfaire de cette situation ? En France, force est de constater que depuis la révolution française qui a voulu placer le peuple au cœur des décisions politiques nationales, les représentants élus semble vouloir tout faire pour l’en tenir écarté. Bon nombre d’outil démocratique restent inutilisé, essayons de voir ceux que nous pourrions mettre en place et pourquoi.

Le vote blanc ?

Les électeurs doivent avoir les moyens d'exprimer leurs opinions sans contraindre ceux qui souhaitent manifester leur insatisfaction à se réfugier, faute de mieux, dans le FN ou autre parti extrémiste.

Considéré comme un vote contestaire, le vote blanc, s’il était pris en compte deviendrait une arme de contestation politique pacifiste et constructive. Il ne s’agit pas d’inciter les citoyens à voter blanc. Il faut juste que cette expression soit une réponse possible, à égalité avec les autres choix offerts aux électeurs, obligeant ainsi les candidats à apporter des réponses adaptées aux problématiques de nos compatriotes.

1 vote = 1 voix

Le Référendum d’Initiative Citoyenne ?

Ce système permettra à tout citoyen, muni d'une pétition d'un nombre minimum (à définir) de citoyens, d'abroger ou de proposer une loi au parlement. Ceci responsabilisera nos députés et sénateurs qui ne voteront plus de lois contraires au bon sens et à l'humain, et responsabilisera les citoyens qui s'impliqueront davantage dans la vie politique.

La proportionnelle ?

En démocratie, théoriquement chaque citoyen doit être représenté. En 2007, au premier tour des élections législatives, l’extrême gauche représentait 3,41% et aurait donc du avoir 19 députés, le FN 4,29% aurait du en avoir 24, le MoDem 7,61% aurait du en avoir 44 (et n‘en n‘ont eu que 3, soit 0.5% de l‘assemblée nationale), et les autres mouvements auraient du ce partager 11 sièges. Paradoxalement, le Nouveau Centre a obtenu 23 députés, alors qu’avec 2,37% il aurait du en avoir que 13, pire encore, l’UMP, avec 39,54% aurait du en obtenir 230, et ils en ont finalement obtenu 313. En terme de score, ceux qui sont le plus justement représenté sont le MRC, le PRG, le PCF et les Verts, le Parti Socialiste est quant à lui légèrement surreprésenté avec 186 députés alors qu’avec 24,73% ils auraient du en obtenir que 142. Face à ce constat de sous représentativité d’une partie de nos Co-citoyens, ne devons nous pas commencer à réfléchir à introduire la proportionnelle aux élections ?

Une communication européenne équitable ?

Le règlement n°1 du 15 avril 1958 de la CEE (Communauté Economique Européenne, ex-Union Européenne) garantissait aux citoyens la possibilité de s’adresser aux institutions et d’en recevoir des informations dans n’importe quelle langue officielle d’un état membre.

Belles paroles ! Dans la pratique, la Commission européenne utilise presque exclusivement l’anglais. Et publie des sites institutionnels monolingues, qui privent les non-anglophones de toute information. Or cette situation empêche l’émergence d’une opinion publique européenne, et donc d’un espace politique européen : les citoyens ne peuvent accéder à la même information et -pire encore- ne peuvent communiquer entre eux.

Aucun média européen n’existe, les partis politiques majeurs demeurent des amalgames de partis nationaux. Et l’Europe reste une affaire de commissaires et d’experts. Pas d’Europe sociale en vue ! Pas de démocratie à l’horizon...
Pour construire une Europe citoyenne, démocratique, il est urgent que les Européens puissent se comprendre, s’organiser et faire entendre leur voix. Pour cela, nous pouvons utiliser une langue internationale, très facile à apprendre, l’espéranto. Utiliser l’espéranto dans nos échanges et nos débats à l’échelle européenne, et nos langues nationales ou régionales dans nos autres échanges, c’est rendre possible la démocratie européenne, tout en protégeant nos langues et nos cultures.

L’espéranto est utilisé dans le monde entier dans tous les domaines (sciences, tourisme, littérature...). Sa facilité d’apprentissage, (1 an d’espéranto = 10 ans d’anglais)
son caractère international et l’ouverture sur le monde qu’il permet, lui ont valu le soutien de l’UNESCO et de nombreuses personnalités

Pour Europe - Liberté, Jérémy Bizet, président


 


 

 
19/4/09L'esperanto en campagne

Le Mouvement  EDE, Europe Démocratie Esperanto, a été créé en 2004 pour se manifester en faveur d'une démocratie linguistique en Europe, préalable à toute autre évolution politique de l'Union. L'histoire nous montre que sans liberté d'expression réelle et généralisée, sans débat équitable, nulle élection n'est représentative ni souveraine. Or la politique actuelle du multilinguisme laisse libre cours à une hégémonie très sélective. En France, l’unité de la République a été fondée sur l'exclusivité de la langue française, mais dans un rapport toujours conflictuel avec les langues régionales et minoritaires.

 

A l’inverse, de façon pacifique et pragmatique, nous devons aujourd’hui donner à l'Europe le sentiment d'identité qui lui fait défaut pour accéder à sa maturité culturelle et politique. C’est justement possible grâce à l'espéranto, langue internationale dont l’usage est clairement opérationnel. Les protagonistes du traité constitutionnel en cours, sans Assemblée Constituante élue et sans référendum, négligent trop le danger d’une fédération d'États sans le ciment d'une langue commune non-nationale, seule susceptible d'être acceptée par tous. Ce consensus est indispensable à l’Europe pour poursuivre sa construction.

 

A cela s’ajoute le problème des textes juridiques, législatifs et institutionnels, dont les traductions doivent être dépourvues de toute ambiguïté, ce qui est loin d'être le cas actuellement. Là encore le principe d’égalité n’est pas respecté. De même l’objectif d’une communication globale et effective ne peut être atteint par le passage en force d’une politique éducative et financière uniquement centrée sur le tout anglais. Le rapport Grin* analyse bien les contours de ce subterfuge. Et il serait naïf de ne pas voir où est l’intérêt des européens dans cette affaire d’autant que l’Asie et l’Orient sont prêts pour cette évolution.

 

Sinon, on condamne par avance toute tentative d’organisation citoyenne face aux intérêts d’oligarchies peu motivées par l’émancipation des peuples, et qui savent bien profiter de cette situation discriminatoire. C’est anti-démocratique, et à terme ce sont les langues dominantes et les textes rédigés dans ces langues, qui feront foi et donc loi, au mépris du droit. Le droit à la connaissance, aux échanges et à la communication, comme fondement des libertés. C'est pourquoi EDE-France et EDE-Allemagne se sont unis pour cette élection 2009 en faveur d’une solution pratique et équitable.

 

Car l'espéranto est bien la langue d'avenir de l’Europe, c'est sans doute même la seule option possible pour assurer son indépendance et son humanisme, tels que portés par son histoire et son destin. Chacun peut se faire une idée de ce débat, en s’aidant de notre site www.e-d-e.org dont l’accès multilingue à partir de l’espéranto, permet d’en diffuser le contenu à travers le monde. Le contexte de la crise en cours devrait logiquement nous conduire à cette fraternisation européenne et globale à terme, sans laquelle la paix et les libertés pourraient bien être à nouveau compromises. C’est pourquoi il est temps d’agir !

 

 

Nous appelons en priorité ceux et celles qui d’habitude s’abstiennent ou votent blanc

 

et tous les démocrates convaincus, à reconsidérer leur point de vue en profondeur

 

et à comprendre la démarche inédite, que propose le Mouvement E.D.E

 

en France, en Allemagne, et au nom de tous les pays de l’Union.

 

 

 

par Kristian GARINO, tête de liste de la circonscription Sud-est

 

 

" Pour une Europe qui s’entende ! "

 

Soyez le 7 juin 2009 au côté de

Europe Démocratie Espéranto.

www.europe2009.fr

 

 

soutien financier : dons défiscalisés à 66%.

 

 à l’ordre de AF-EDE-France

98 rue Michel-Ange 

75016  Paris 

 

contact à federlangue1@yahoo.fr 

 

*  http://cisad.adc.education.fr/hcee/documents/rapport_Grin.pdf


 


 

 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement